Face à l’assombrissement des perspectives économiques : Comment le G20 peut réagir

Alors que les ministres du G20 et les gouverneurs des banques centrales se réunissent à Bali cette semaine, ils sont confrontés à des perspectives économiques mondiales qui se sont considérablement assombries.

Lorsque le G20 s’est réuni pour la dernière fois en avril, le FMI venait de réduire ses prévisions de croissance mondiale à 3,6 % pour cette année et l’année prochaine – et nous avions prévenu que la situation pourrait s’aggraver compte tenu des risques potentiels de ralentissement. Depuis lors, plusieurs de ces risques se sont matérialisés et les multiples crises auxquelles le monde est confronté se sont intensifiées.

La tragédie humaine de la guerre en Ukraine s’est aggravée. Son impact économique s’est également aggravé, notamment en raison des chocs sur les prix des produits de base qui ralentissent la croissance et exacerbent la crise du coût de la vie qui touche des centaines de millions de personnes, en particulier les pauvres qui n’ont pas les moyens de nourrir leur famille. Et la situation ne fait qu’empirer.

L’inflation est plus élevée que prévu et s’est étendue au-delà des prix de l’alimentation et de l’énergie. Cela a incité les principales banques centrales à annoncer un nouveau resserrement monétaire, ce qui est nécessaire mais pèsera sur la reprise. La poursuite des perturbations liées aux pandémies, notamment en Chine, et les nouveaux goulets d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement mondiales ont entravé l’activité économique.

En conséquence, les indicateurs récents laissent présager un deuxième trimestre faible et nous prévoyons une nouvelle baisse de la croissance mondiale pour 2022 et 2023 dans notre mise à jour des Perspectives de l’économie mondiale plus tard ce mois-ci.

En effet, les perspectives restent extrêmement incertaines. Pensez à la façon dont une nouvelle perturbation de l’approvisionnement en gaz naturel de l’Europe pourrait plonger de nombreuses économies dans la récession et déclencher une crise énergétique mondiale. Ce n’est là qu’un des facteurs qui pourraient aggraver une situation déjà difficile.

L’année 2022 sera difficile, et peut-être même l’année 2023 encore plus difficile, avec un risque accru de récession.

C’est pourquoi nous avons besoin d’une action décisive et d’une forte coopération internationale, sous l’impulsion du G20. Notre nouveau rapport au G20 présente les politiques que les pays peuvent utiliser pour naviguer dans cette mer de problèmes. Permettez-moi de souligner trois priorités.

Premièrement, les pays doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour réduire l’inflation élevée.

Pourquoi ? Parce que la persistance d’une inflation élevée pourrait faire sombrer la reprise et détériorer davantage le niveau de vie, en particulier celui des personnes vulnérables. Dans de nombreux pays, l’inflation a déjà atteint des niveaux records depuis plusieurs décennies, et l’inflation globale et l’inflation sous-jacente continuent d’augmenter.

Cela a déclenché un cycle de resserrement monétaire de plus en plus synchronisé : 75 banques centrales – soit environ trois quarts des banques centrales que nous suivons – ont relevé les taux d’intérêt depuis juillet 2021. Et, en moyenne, elles l’ont fait 3,8 fois. Pour les économies émergentes et en développement, où les taux directeurs ont été levés plus tôt, la hausse totale moyenne des taux a été de 3 points de pourcentage – presque le double des 1,7 point de pourcentage pour les économies avancées.

La plupart des banques centrales devront continuer à resserrer leur politique monétaire de manière décisive. C’est particulièrement urgent lorsque les anticipations d’inflation commencent à se désancrer. Si aucune mesure n’est prise, ces pays pourraient être confrontés à une spirale salaires-prix destructrice qui nécessiterait un resserrement monétaire plus énergique, avec des conséquences encore plus néfastes pour la croissance et l’emploi.

Agir maintenant fera moins mal qu’agir plus tard.

Il est tout aussi important de communiquer clairement sur ces mesures de politique économique. Il s’agit de préserver la crédibilité de la politique alors que les risques de détérioration abondent. Par exemple, si l’inflation continue d’être surprenante, il faudra procéder à un resserrement monétaire plus marqué que ce que le marché a prévu, ce qui pourrait entraîner une nouvelle volatilité et des ventes sur les actifs à risque et les marchés des obligations souveraines. Cela pourrait, à son tour, provoquer de nouvelles sorties de capitaux des économies émergentes et en développement.

L’appréciation du dollar américain a déjà coïncidé avec des sorties de capitaux des marchés émergents : ceux-ci ont connu un quatrième mois consécutif de sorties de capitaux en juin, la plus longue série depuis sept ans. Cette situation exerce une pression supplémentaire sur les pays vulnérables.

Lorsque les chocs externes sont si perturbateurs qu’ils ne peuvent être absorbés par les seuls taux de change flexibles, les responsables politiques doivent être prêts à agir. Par exemple : par des interventions sur le marché des changes ou des mesures de gestion des flux de capitaux dans un scénario de crise – pour aider à ancrer les attentes. En outre, ils devraient réduire de manière préventive le recours aux emprunts en devises étrangères lorsque les niveaux d’endettement sont élevés. C’est pour aider les pays à réagir dans de telles circonstances que nous avons récemment mis à jour le point de vue institutionnel du FMI sur cette question.

Le Fonds s’efforce également de servir ses membres d’autres manières. Il fournit notamment des conseils sur la gestion des avoirs de réserve et une assistance technique pour renforcer les communications des banques centrales.

L’objectif doit être d’amener tout le monde en toute sécurité de l’autre côté de ce cycle de resserrement.

Deuxièmement, la politique budgétaire doit aider – et non entraver – les efforts des banques centrales pour réduire l’inflation.

Les pays confrontés à des niveaux d’endettement élevés devront également resserrer leur politique budgétaire. Cela permettra d’alléger le fardeau d’emprunts de plus en plus coûteux et, dans le même temps, de compléter les efforts monétaires visant à maîtriser l’inflation.

Dans les pays où la reprise après la pandémie est plus avancée, l’abandon du soutien budgétaire extraordinaire permettra de freiner la demande et donc de réduire les pressions sur les prix.

Mais ce n’est qu’une partie de l’histoire. Certaines personnes auront besoin de plus de soutien, et non de moins.

Il faut donc prendre des mesures ciblées et temporaires pour aider les ménages vulnérables confrontés à de nouveaux chocs, en particulier à cause de la hausse des prix de l’énergie ou des denrées alimentaires. Dans ce domaine, les transferts directs en espèces se sont avérés efficaces, plutôt que les subventions qui créent des distorsions ou le contrôle des prix, qui ne parviennent généralement pas à réduire le coût de la vie de manière durable.

À moyen terme, les réformes structurelles sont également essentielles pour soutenir la croissance : pensez aux politiques du marché du travail qui aident les gens à entrer dans la vie active, en particulier les femmes.

Les nouvelles mesures doivent être neutres sur le plan budgétaire, c’est-à-dire qu’elles doivent être financées par de nouvelles recettes ou des réductions de dépenses ailleurs, sans contracter de nouvelles dettes et pour éviter d’aller à l’encontre de la politique monétaire. En cette nouvelle ère d’endettement record et de hausse des taux d’intérêt, tout cela est doublement important.

La réduction de la dette est une nécessité urgente – en particulier dans les économies émergentes et en développement dont les engagements sont libellés en devises étrangères (FX), qui sont plus vulnérables au resserrement des conditions financières mondiales et où les coûts d’emprunt s’envolent.

Les rendements des obligations souveraines libellées en devises ont déjà atteint plus de 10 % dans environ un tiers des économies émergentes, soit un niveau proche des derniers sommets atteints après la crise financière mondiale. Les économies émergentes qui dépendent davantage des emprunts nationaux, comme en Asie, ont été mieux protégées. Mais un élargissement des pressions inflationnistes et la nécessité qui en découle de resserrer plus rapidement la politique monétaire nationale pourraient modifier le calcul.

La situation est de plus en plus grave pour les économies en situation de surendettement ou proches de l’être, dont 30 % des pays émergents et 60 % des pays à faible revenu.

Une fois encore, le Fonds est là pour ses membres, leur offrant des analyses et des conseils sur mesure, ainsi qu’un cadre de prêt plus souple pour soutenir les pays en période de crise. Cela comprend le financement d’urgence, l’augmentation des limites d’accès, de nouvelles lignes de liquidité et de crédit, et l’allocation historique de 650 milliards de dollars de DTS l’année dernière.

Au-delà de ces efforts, une action décisive de toutes les parties concernées est nécessaire de toute urgence pour améliorer et mettre en œuvre le cadre commun du G20 pour le traitement de la dette. Les grands prêteurs, tant souverains que privés, doivent se mobiliser et jouer leur rôle. Le temps ne joue pas en notre faveur. Il est essentiel que les comités de créanciers pour le Tchad, l’Éthiopie et la Zambie réalisent autant de progrès que possible lors de leurs réunions ce mois-ci.

Troisièmement, nous avons besoin d’un nouvel élan pour la coopération mondiale, sous la houlette du G20.

Pour éviter les crises potentielles et stimuler la croissance et la productivité, une action internationale plus coordonnée est nécessaire de toute urgence. La clé est de s’appuyer sur les progrès récents dans des domaines allant de la fiscalité et du commerce à la préparation aux pandémies et au changement climatique. Le nouveau fonds de 1,1 milliard de dollars créé par le G20 pour la prévention et la préparation aux pandémies montre ce qu’il est possible de faire, tout comme les récents succès de l’Organisation mondiale du commerce.

Le plus urgent est d’agir pour atténuer la crise du coût de la vie, qui fait basculer 71 millions de personnes supplémentaires dans l’extrême pauvreté dans les pays les plus pauvres du monde, selon le Programme des Nations unies pour le développement. Alors que les inquiétudes concernant l’approvisionnement en nourriture et en énergie s’intensifient, les risques d’instabilité sociale augmentent.

Pour éviter que la faim, la malnutrition et les migrations ne s’aggravent, les pays les plus riches du monde doivent apporter un soutien urgent à ceux qui en ont besoin, notamment par de nouveaux financements bilatéraux et multilatéraux, en particulier par le biais du Programme alimentaire mondial.

Dans l’immédiat, les pays doivent lever les restrictions récemment imposées aux exportations de produits alimentaires. Pourquoi ? Parce que ces restrictions sont à la fois nuisibles et inefficaces pour stabiliser les prix intérieurs. D’autres mesures sont également nécessaires pour renforcer les chaînes d’approvisionnement et aider les pays vulnérables à adapter leur production alimentaire pour faire face au changement climatique.

Là aussi, le FMI apporte son aide. Nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires internationaux, notamment dans le cadre d’une nouvelle initiative multilatérale pour la sécurité alimentaire. Notre nouveau Fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité fournira 45 milliards de dollars de financement concessionnel aux pays vulnérables, afin de relever les défis à long terme tels que le changement climatique et les futures pandémies. Et nous sommes prêts à faire plus.

Il est important de prendre en compte les conditions particulièrement difficiles que connaissent de nombreux pays africains en ce moment. Lors de ma réunion avec les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales du continent cette semaine, beaucoup ont souligné comment les effets de ce choc, entièrement exogène, poussaient leurs économies au bord du gouffre. L’effet de la hausse des prix des denrées alimentaires se fait sentir de manière aiguë, car l’alimentation représente une part plus importante des revenus. Les pressions sur l’inflation, le budget, la dette et la balance des paiements s’intensifient. La plupart des pays sont désormais complètement exclus des marchés financiers mondiaux et, contrairement à d’autres régions, ne disposent pas de grands marchés intérieurs vers lesquels se tourner. Dans ce contexte, ils demandent à la communauté internationale de prendre des mesures audacieuses pour soutenir leurs populations. C’est un appel dont nous devons tenir compte.

Alors que le G20 se réunit pour naviguer dans la mer de problèmes actuelle, nous pouvons tous nous inspirer d’une phrase balinaise qui capture l’esprit dont nous avons plus que jamais besoin : menyama braya, « chacun est un frère ou une sœur ».

spot_img
spot_img
spot_img
spot_img

Les articles récents