LA CRISE DES SOINS NE SERA PAS RÉSOLUE PAR DES RÉDUCTIONS D’IMPÔTS

L’assurance nationale doit augmenter la semaine prochaine, mais les changements dans la déclaration de printemps rendent moins probable que les soins sociaux obtiennent le financement dont ils ont besoin.

À partir de la semaine prochaine, la taxe sur les soins de santé et les services sociaux devrait entrer en vigueur, ce qui signifie que les cotisations d’assurance nationale (NIC) augmenteront de 1,25 %. Mais la pression exercée par les députés de l’arrière-ban du gouvernement sur une hausse d’impôts en période de crise du coût de la vie a contraint le chancelier à modifier ses plans dans sa déclaration de printemps de la semaine dernière. Alors qu’il aurait dû chercher à collecter plus d’argent pour les soins, tout ce que nous avons obtenu, c’est une réduction d’impôt inefficace qui profite de manière disproportionnée aux plus aisés. Rishi Sunak a choisi de relever le seuil à partir duquel les gens commencent à payer les NIC à £3000 de plus, conformément à l’impôt sur le revenu – qui sera réduit à partir de 2024.

Les impôts doivent augmenter pour améliorer les soins sociaux, dont la crise est largement reconnue. La plupart d’entre nous auront besoin de soins au cours de leur vie, mais trop de personnes n’ont pas accès à l’aide ou finissent par payer des frais astronomiques dans le privé. Au moins 1,8 million de personnes ont des besoins de soins non satisfaits, la qualité des soins est souvent médiocre, tout comme la qualité des emplois.

La NEF plaide en faveur d’un service de soins universel afin que chacun puisse accéder aux soins de qualité dont il a besoin, tout en améliorant les normes, les salaires et la qualité des emplois dans le secteur. L’argent affecté aux soins dans le cadre de l’augmentation des NIC n’était que 6 % de ce qui est nécessaire pour y parvenir, puisque la plupart des recettes doivent aller au NHS. Et, grâce à un amendement de dernière minute du gouvernement, l’argent destiné aux soins sera principalement affecté à un plafond de soins qui bénéficiera de manière disproportionnée aux retraités les plus riches. En septembre de l’année dernière, le gouvernement a annoncé un plafond sur les coûts des soins sociaux fixé à 86 000 £. Leur amendement fait en sorte que seul le montant que quelqu’un dépense lui-même, et non les contributions du conseil municipal, sera pris en compte dans le calcul du plafond. Cela signifie que les personnes disposant d’un patrimoine modeste devront contribuer à une plus grande partie de leurs propres coûts pendant plus longtemps. Hier encore, le gouvernement a rejeté une requête de la Chambre des Lords lui demandant de reconsidérer sa position.

Alors que le gouvernement n’a pas encore modifié l’enveloppe de financement des soins sociaux, contrairement à l’affirmation du chancelier selon laquelle il a mis en place un flux de financement dédié, ou hypothéqué, pour la santé et les soins, le pot devra être complété par des recettes provenant d’autres sources. Si l’on ajoute à cela l’insistance du chancelier à donner la priorité aux réductions d’impôts plutôt qu’à l’augmentation des dépenses, il est très peu probable que le gouvernement investisse suffisamment et soit à la hauteur du défi que représentent les soins à l’avenir.

Le gouvernement aurait dû chercher à collecter beaucoup plus d’argent pour les soins sociaux d’une manière plus progressive. L’une des options consisterait à réformer en profondeur l’assurance nationale, notamment en supprimant les exemptions pour les revenus d’investissement et les retraités, et en imposant les plus hauts revenus à un taux plus élevé. Une autre solution consisterait à collecter des fonds pour les soins en imposant les revenus du patrimoine sur une base similaire à celle des revenus du travail. Ces deux solutions permettraient de réunir suffisamment de fonds pour nous rapprocher des soins universels.

Loin d’être un défi pour le coût de la vie, le financement des soins, augmenté progressivement, pourrait faire partie de la solution à long terme en diffusant des emplois de qualité et en augmentant les salaires dans tout le pays. Nos recherches montrent que l’investissement dans les soins universels pourrait créer plus d’un million d’emplois, à la fois directement dans le secteur des soins et indirectement en libérant les personnes actuellement incapables de travailler en raison de responsabilités de soins non rémunérées.

Après des décennies de sous-investissement, la crise des soins ne sera pas résolue par un chancelier qui s’attache idéologiquement à réduire les impôts au détriment de tout le reste.

spot_img
spot_img
spot_img
spot_img

Les articles récents