Comment préparer sa retraite ?

En France, les caisses de retraite sont alimentées selon un modèle de retraite par répartition. Ce sont les actifs qui cotisent pour assurer le financement des pensions des retraités. Ce système de retraite est en vigueur depuis des lustres et a parfaitement joué son rôle tout au long du vingtième siècle. Mais les évolutions démographiques remettent en cause ce système. En raison de l’allongement de la durée de la vie et de la stabilisation de la natalité, on compte de plus en plus de retraités proportionnellement au nombre d’actifs. De ce fait, le financement des retraites est de plus en plus compliqué.

Pour des raisons électorales, les gouvernements successifs n’ont jamais osé prendre le taureau par les cornes, avec pour conséquence des caisses de retraite déficitaires. Pour retrouver un équilibre budgétaire, une réforme devra tôt ou tard être mise en œuvre. Pour assurer la pérennité du système, il n’y a pas de formule magique : il faut soit alourdir les cotisations pesant sur les actifs, soit diminuer les pensions de retraite, ou bien encore reculer l’âge de départ en retraite. Étant donné que les actifs cotisent déjà fortement, il y a fort à parier que c’est principalement du côté des retraités qu’il faudra faire des efforts.

Le modèle de retraite par répartition qui prévaut en France s’oppose au modèle de retraite par capitalisation. Avec ce dernier,les actifs se constituent eux-mêmes leur propre retraite en capitalisant une partie de leur revenu tout au long de leur vie professionnelle.

Les actifs souhaitant s’assurer une retraite confortable ont intérêt à se constituer une retraite par capitalisation, en complément du modèle par répartition. Une question se pose : comment préparer sa retraite ?

Des dispositifs d’épargne adaptés : assurance vie et PER

En France, la fiscalité sur les revenus du capital est relativement élevée. Encore que les choses se soient un peu améliorées avec l’instauration du prélèvement forfaitaire unique (PFU, alias flat tax à 30 %) sous la présidence de Macron.

Toutefois, il existe des dispositifs d’épargne permettant d’investir son épargne dans un cadre fiscal plus clément. Le dispositif d’épargne le plus populaire est l’assurance vie. Il s’agit d’un dispositif permettant de diversifier son épargne aussi bien sur des placements sans risque (les fonds euros) que des placements plus risqués tels que des fonds d’investissement en actions. L’intérêt de l’assurance vie est que les gains réalisés au sein de l’enveloppe ne supportent aucune imposition tant que le capital reste dans le contrat. L’épargnant peut donc réinvestir pleinement ses gains. Dès lors que l’assurance vie a plus de 8 ans, l’épargnant bénéficie d’un abattement de 4600 euros par an sur la part des gains des retraits partiels qu’il réalise sur ses assurances vie. Donc le retraité qui a anticipé peut retirer des gains tous les ans, sans impôt sur le revenu.

Un autre dispositif a récemment fait son apparition : le plan d’épargne retraite (PER). Lancé fin 2019, le PER rencontre un franc succès. Ce dispositif d’épargne s’adresse spécifiquement aux épargnants souhaitant se constituer un capital pour leur retraite. En matière de supports d’investissement, le PER permet d’investir sur des fonds euros ou des placements plus dynamiques (fonds d’investissement, supports immobiliers, etc). Les possibilités d’investissement sont semblables à celles de l’assurance vie. Mais alors quel est l’intérêt de bloquer son capital sur un PER plutôt qu’une assurance vie où le capital est disponible à tout moment ? Le PER permet de déduire de son revenu imposable les sommes versées sur le dispositif. C’est donc un outil très intéressant pour diminuer ses impôts. Il existe des centaines de contrats, un petit comparatif s’impose avant de souscrire. Consulter un classement comparatif de PER permet de trouver le meilleur PER en fonction de ses besoins. Certains épargnants s’intéressent d’abord à la performance des fonds euros, d’autres regardent en priorité le choix de supports d’investissement dynamiques. On trouve des contrats répondant aux attentes de tous les épargnants.

En pratique, les épargnants ont intérêt à combiner assurance vie et plan d’épargne retraite. L’assurance vie a l’avantage de la souplesse sur les retraits tandis que le plan d’épargne retraite est plus intéressant fiscalement.

Mettre en place une stratégie d’épargne retraite le plus tôt possible

Le taux de rémunération de l’épargne est de 1 % pour les placements sans risque, et monte à 5-6 % pour les placements plus risqués tels que les actions et l’immobilier. Si l’on prend le cas d’une allocation diversifiée avec un taux de rémunération de l’ordre de 3 %, un retraité souhaitant disposer d’une rente complémentaire de 500 euros par mois devra se constituer un patrimoine de 200 000 euros. Une somme rondelette qui représente près de 10 fois le salaire médian en France. Pour parvenir à se constituer un beau petit pécule pour sa retraite, il n’y a pas de mystère : il faut commencer à épargner le plus tôt possible.

Pour obtenir un capital de 200 000 euros, un épargnant doit placer 220 euros par mois pendant 40 ans, avec un taux de rémunération de son épargne de 3 %. Cet effort d’épargne (220 euros) représente près de 15 % du salaire médian en France. Cet effort est donc tout à fait soutenable, mais encore faut-il que l’épargnant soit discipliné et ne cède pas aux sirènes du consumérisme. Les tentations sont nombreuses…

Cela dit en passant, le même effort d’épargne avec une allocation très dynamique, par exemple sur des fonds d’investissement en actions avec une espérance de performance annuelle moyenne de 6 %, permet d’obtenir un patrimoine beaucoup plus important : près de 326 000 euros. On ne saurait cependant recommander une telle allocation car la volatilité d’un portefeuille en actions est forte et beaucoup d’épargnants ne supporteraient pas de constater des variations importantes de leur patrimoine.

Enfin, quand il s’agit de se constituer un patrimoine pour ses vieux jours, être propriétaire de sa résidence principale est évidemment une étape incontournable.

En conclusion, pour préparer sa retraite, il convient (1) de s’y prendre le plus tôt possible avec un effort d’épargne mensuelle régulier et (2) d’opter pour des dispositifs d’épargne adaptés pour cet objectif, notamment l’assurance vie et le plan d’épargne retraite.

spot_img
spot_img
spot_img
spot_img

Les articles récents